Un prototype de stockage de données révolutionnaire

Imaginez qu’un incendie ravage votre appartement ou votre lieu de travail. Votre matériel informatique serait totalement détruit, ainsi que vos sauvegardes de fichiers, quelque soit le support.

Mais l’informatique pourrait connaitre prochainement une avancée considérable dans le domaine du stockage de données. Le géant japonais Hitachi a dévoilé un concept inédit.  Le prototype est un petit morceau rectangulaire de quartz, gravé au laser.Il a une épaisseur de 2 millimètres et une surface de 2 cm². Grâce à 4 couches de gravures, sa densité de stockage serait proche des CD, avec environ 6 Mo par cm² de surface. Hitachi précise qu’il serait très facile d’augmenter la densité de stockage en ajoutant des couches de gravures upplémentaires.

Mais là où ce prototype à base de quartz se démarque des autres supports, c’est dans le domaine de la résistance, et donc de sa longévité. Il serait capable de résister aux flammes, aux ondes radio, aux produits chimiques ( le quartz est d’ailleurs couramment utilisé dans les laboratoires de chimie ) et aux liquides. Les données pourraient donc être conservées éternellement sauf si le verre est brisé. Mais ce point faible pourrait rapidement disparaitre si Hitachi parvient à rendre ce matériau incassable.Le prototype de Hitachi résoudra également le problème des anciens supports devenus obsolètes et qui compliqueront la lecture de données stockées. Au fur et à mesure que les technologies évolueront, le matériel ancien exigera de coûteuses opérations de maintenance, de transcodage et de conservation.

C’est d’ailleurs le cas aujourd’hui pour les données conservées sur les disques vinyle, les cassettes audio et VHS. Or, les informations conservées sur le quartz seraient lisibles avec un simple microscope optique. Ainsi, dans le futur, quelque soit la technologie de lecture utilisée par un ordinateur, si il est capable de lire les données stockées en binaire sur le quartz, il saura les interpréter.

Hitachi prévoit de commercialiser sa nouvelle technologie en 2015, mais les chercheurs envisagent de proposer dès 2013 ce système de stockage aux organisations publiques qui nécessitent un archivage massif d’informations.

Source : http://www.nouvelles technologies.net